-
Le CNRS

- La famille est primordiale pour la survie des orques

Image illustrant cette actualité

Les orques sont organisées en groupes sociaux stables et structurés. Des chercheurs du CEBC et de PELAGIS viennent de montrer que leur survie était directement liée à leur appartenance à un groupe social stable. Illustration Yvon Gouedard

Entre 1996 et 2002 une pêcherie illégale à la légine australe, avec laquelle les orques interagissaient, a été responsable de la mort de la moitié de la population d’orques de l’archipel Crozet. Depuis, leur taux de survie n’a jamais retrouvé sa valeur initiale. A partir d’un suivi par photo-identification entamé en 1987, le s scientifiques ont montré que les orques survivantes au sein d’une famille décimée adoptent alors un comportement social « erratique », passant d’un groupe social à l’autre. Moins ces associations sont durables, plus forte est la probabilité pour les orques de mourir. Ces individus n’étant vraisemblablement pas pleinement admis par les groupes sociaux qu’ils visitent, n’auraient pas accès à la même quantité de nourriture et finiraient par dépérir. Ces découvertes mettent en évidence, pour la première fois, les conséquences sur le long terme d’un évènement ayant affecté la survie et l’organisation sociale d’une espèce de mammifère. Cette étude est publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences le 20 mai 2019.

CNRS Logo du CNRS
Les orques sont organisées en groupes sociaux stables et structurés. Des chercheurs du CEBC et de PELAGIS vien Image illustrant cette actualité
Lien vers le flux Rss - ?
 

Abonnez vous à nos lettres d'information

Rechercher

sur le site de la délégation

Intranets Intranets

Intranet du CNRS

Intranet de la délégation

Extranet des labos

Accueil - Actualité - La famille est primordiale pour la survie des orques
Le CNRS Le CNRS Annuaires Mots-clefs CNRS Autres sites Accueil Accueil Imprimer Contact Se rendre à... Crédits Plan du site